Allaiter, un choix

Lorsque nous parlions bébé avec le Rond, j’ai découvert qu’il était essentiel pour lui que j’allaite. Pour moi, lait en biberon, ou lait au sein, c’était du pareil au même. C’était du lait, non ?

Il m’a appris que la composition n’était franchement pas comparable, rien que par la présence d’anti-corps dans le lait maternel. Et je me suis dit pourquoi pas.

Au fil de mes recherches sur différents sujets, j’ai appris qu’il n’y avait pas que concernant les anti-corps que la composition différait. Huile de palme, fer, vitamines… Ce lait artificiel commençait à m’interroger de plus en plus.

Puis, Petite poite est entrée dans mon ventre. Je me suis dit que je voulais tester l’allaitement. On verrait bien. Après tout, même si le lait artificiel, c’est pas le top, il y a plein d’enfants qui grandissent avec ça, et ils n’en meurent pas. Je ne me mettais donc pas la pression.

Lorsque Petite poite est née, l’allaitement n’a juste pas pu être possible. Ca me faisait atrocement trop mal. C’était ingérable. Je me sentais envahie par mon bébé, par cette douleur. J’en ai pleuré. J’avais l’impression de rejeter mon enfant, et en même temps, je ne pouvais pas l’allaiter. Même avec la meilleure volonté du monde, avec cette douleur, ce n’était juste pas possible.

C’était une situation que je vivais comme un échec. Chaque biberon donné me renvoyait à mon incapacité à faire les choses « normalement ». Très vite, j’ai décidé de tirer mon lait. Et j’étais fière de donner de mon lait à boire à mon enfant.

Quelques semaines plus tard (3, pour être précise), j’ai pu mettre Petite poite au sein pour la première fois. Grâce au soutien indéfectible du Rond. Et des conseils d’une super sage-femme. Je me sentais fière. Je nourrissais mon enfant. Certes, les tétées étaient physiquement désagréables. Mais, je me sentais à ma place.

Au fil du temps, l’aspect désagréable a cédé la place à un léger inconfort physique, puis à une indifférence pour arriver à un moment plutôt agréable (bon, je ne parle pas d’orgasme, mais d’un moment agréable, passé avec ma fille).

Dans quelques jours, Petite poite aura 5 mois (déjà ?!). Et je sais que j’ai envie de continuer à allaiter longtemps.

Mais, je sais aussi que sans le soutien du Rond, cela n’aurait pas été possible. Et sans les conseils distillés par la Leche League, non plus.

Publicités

10 réflexions sur “Allaiter, un choix

  1. Sur les blogs français, vous avez tendance à dire que le lait artificiel c’est pas si grave, ça ne tue pas… mais si… en Chine par exemple, il y a plein de morts déjà.

    • Je rectifie mes propos : en Belgique (ou en France) dans l’état actuel des choses, avec l’hygiène et les contrôles que nous connaissons, le lait artificiel ne tue pas ! 🙂

      Mais, je suis d’accord avec toi, ce n’est pas pareil partout ! En Afrique, avec les conditions d’accès à l’eau potable, les laits artificiels ont causé beaucoup de dégâts, beaucoup d’enfants morts. C’est triste tout ça. Et c’est honteux, quand on voit le lobby des grandes boîtes de lait, comme Nestlé, qui distrib!ue gratuitement du lait artificiel dans les hôpitaux, baissant aisni la lactation des mères qui sont dés lors obligée de recourir à ces laits, sans en avoir forcément les moyens ! beurk ! C’est oourquoi je boycotte toutes ces marques (pas que pour les biberons, d’ailleurs).

  2. 5 mois ??? Déjààà ??! Pfiou !

    Bravo pour ton entêtement et de t’être écoutée ! Et que ça ait marché ! Le principal, c’est que toi tu sois bien avec la façon dont tu nourris ta poite, et que vous alliez bien toutes les deux !

    Bravo ♥
    Des bisous ♥

  3. J’ai aussi beaucoup souffert, je ne supportais pas la douleur des crevasses en plus de la douleur de ma césarienne… Du coup j’ai lâché l’affaire au bout de 3 jours, personne ne m’a dit « continue ! », les sages femmes m’ont dit « quand je vous voir dans cet état je préfère vous donner un biberon ! », et pendant 3 bonnes années je m’en suis voulue, aujourd’hui Minus a 4 ans et quand je vois un biberon j’ai encore les boules… J’ai fait l’erreur de ne pas assez me renseigner, « on » m’avait dit que c’était que du bonheur, on ne m’a jamais parlé de cette douleur du début, je ne savais même pas qu’il était possible de tirer son lait pendant quelques semaines et de la mettre au sein ensuite ! Si j’avais su… Si un jour 2ème il y a, il est clair que malgré cette mauvaise expérience je ne lâcherai pas l’affaire ! Je serrerai les fesses 😉 Félicitations à toi d’avoir tenu tous ces mois !

    • Un allaitement ne fait pas mal. Si douleur il y a, c’est le signe d’un problème qu’il faut résoudre. Une fois résolu, l’allaitement cesse de faire mal. Au début, il peut être désagréable (cela dépend de la sensibilité de chacune). Mais, au fil du temps, cette sensation s’amoindrit et la relation devient vraiment géniale !

      Je suis désolée que tu n’aies pu passer par là ! Je te comprends, face aux biberons. Je pleurais à chaque fois que j’en donnais un à ma fille ! Mais, tu as fait du mieux que tu as pu avec ce que tu avais comme info, et c’est tout ce que tu peux exiger de toi-même ! 😉

      Si prochaine fois il y a, ce que je te souhaite, n’hésite pas à venir en parler avec moi ou avec d’autres mamans allaitantes ! Moi, ça m’aide à fond ! 🙂

  4. C’est (presque) toujours le début qui est difficile dans l’allaitement. Le temps de prendre ses marques, et que le corps se régule…
    J’ai bien cru devoir stopper direct l’allaitement à la maternité à cause des douleurs dûes à une trop grande montée de lait… Le lait ne sortait plus, les seins durs comme de la pierre, une douleur à en pleurer. Je m’étais pourtant informée mais je ne connaissais pas ce cas de figure. J’ai été bien conseillée à la maternité heureusement. 🙂
    25 mois d’allaitement jusque là, les tétées se réduisent doucement mais sûrement. J’ai atteint mon objectif des 2 ans et ça aura été un grand bonheur partagé d’allaiter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s