Mon Papa à moi est un gangster !

J’adorais cette chanson quand j’étais petite !

« Mon papa à moi est un gangster. Mon papa à moi est un gangster. Il fait partie du Ministère Amer. ».

Mon papa à moi, il a fait de la prison. Pour rien de grave. Des états d’ivresse sur la voie publique. Mais, j’aimais croire que c’était un gangster. Un gangster moderne du style « Robin des bois ». Un de ces gangster qui volent aux pauvres pour donner aux riches.

Mon papa à moi, il croyait en moi. Il me disait belle et intelligente. Dans ses yeux, je me voyais policière, prof, médecin, la reine du monde.

Il disait à qui voulait l’entendre (et même à ceux qui n’en avaient rien à fiche) à quel point j’étais la meilleure.

Dans notre famille, au pays, il m’a décrite comme la première de classe. Certes, en primaire, j’étais première. Mais, très vite, j’ai cédé cette place à d’autres. Sauf aux yeux de mon père.

Lorsque je suis entrée à l’Université et que j’ai réussi ma première année (avec une moyenne juste bonne pour passer), il a raconté à tout le monde que j’avais fini avec les meilleures mentions. Un petit mensonge, pour ces gens qui vivent loin de nous (et qui, pour la plupart, ne me connaissent pas). Mais, la preuve de la fierté de mon père à mon égard.

Mon papa à moi, c’est celui qui s’est battu toute sa vie pour me sortir de la misère dans laquelle je vivais avec ma mère. C’est celui qui s’est battu malgré le système si peu favorable aux pères et qui l’a relégué au rang d’emmerdeur, lui qui avait pourtant raison. Lorsque le système lui a interdit de me voir, il n’a pas baissé les bras. Il s’est battu malgré tout. Pour moi. Par amour.

Lorsque j’ai repris contact avec lui, je ne savais pas tout ça. Ma mère l’avait décrit comme le méchant, le vilain. Alors, je ne l’aimais pas. Une partie de moi avait oublié ces jeux que nous partagions dans mon enfance. Une partie de moi croyait que c’était lui dont je devais me méfier.

Alors, les deux années durant lesquelles j’ai vécu chez lui ont été sous le signe du conflit. J’étais une adolescente en crise. Une adolescente de 20 ans, certes. Mais, une adolescence un peu tardive.

Mon père m’a laissée être cette adolescente avec lui. Il m’a aimé malgré les crises. Il m’a aimé malgré les critiques, si injustes que je lui assénais. Il voulait, je crois, me laisser le temps de comprendre par moi-même le rôle qui avait été le sien. Il se refusait à entrer dans le jeu de ma mère et à la critiquer. Alors, il a accepté sans broncher tout ce que je lui ai dit. Il attendait, sans doute, que je sois assez grande et assez forte pour entendre que ma mère n’était pas celle que je croyais.

Malheureusement, la vie ne lui a pas laissé le temps de me voir grandir. Il n’a pas pu être présent lorsque la vérité sur ma mère m’est apparue. Il n’a pas pu me prendre dans ses bras pour me dire à quel point il était désolé pour moi. Et à quel point il m’aimait.

Une erreur médicale l’a emporté, trop tôt, il y a déjà 6 ans.

A sa mort, j’ai rencontré sa famille. Ma famille. Et j’ai découvert un homme que je ne connaissais pas. J’ai vu tout l’amour qu’il avait pour moi.

J’ai longtemps regretté de n’avoir pas compris plus tôt.

Aujourd’hui, je suis maman. Je sais que j’aimerais faire le même choix que lui, si c’était nécessaire. Et que je n’en voudrai pas à Petite poite. Il m’a laissée être moi. Il m’a laissée être une adolescente lorsque c’était ce dont j’avais besoin. Il m’a laissée être une enfant. Son enfant.

Combien de parents sont près à renoncer à la reconnaissance de leur enfant pour le laisser grandir à son rythme ?

J’ai eu le meilleur papa du monde et je ne m’en suis pas rendue compte.

.

.

.

Alors, avec quelques années de retard, et à travers l’autre monde, Papa, je tiens à te dire que je t’aime…

Publicités

15 commentaires sur “Mon Papa à moi est un gangster !

  1. Bonjour,

    Dans le cadre de l’émission Comment Ca Va Bien sur France 2, nous sommes à la recherche de 2 femmes pour participer à la chronique mode de Caroline Baly.
    Nous sommes donc à la recherche d’une femme aux chevilles dodues, et d’une fesse à culotte de cheval.
    Le principe est de participer à la chronique de Caroline Baly qui donnera de vrais et bons conseils de professionnel gratuitement à ces deux femmes. Le tournage se déroule dans la joie et la bonne humeur, l’objectif est de vivre avec ses défauts, de les assumer et de les mettre en valeur, car nous et nos téléspectatrices sont de vraies femmes et non pas des mannequins. Il n’y a donc aucun complexe à avoir.

    conditions : les participantes doivent habiter à Paris ou région parisienne
    dates de tournage : 24, 29, 30 juillet selon disponibilité des participantes.

    Envoyez votre candidature avec photos à l’adresse suivante : cloe.rigaud@gmail.com

    Merci.

  2. Tu sais mon tendre amour qu’il ne pourrait qu’être fier de tous ce que tu as accomplie depuis. ❤
    Je t'aime.

  3. ce week end je suis allée en Autriche visiter les enfants de mon mari chéri ;décédé il y a trois semaines à l’âge de 48 ans et je leur ai apporté quelques souvenirs de leur Papa ,j’ai découvert aussi son nouveau petit fils qui est né le lendemain de sa mort et je leur ai expliqué de mon mieux qui était leur Papa ..C’était éprouvant mais je crois que cela devait être fait ..Mais il y a eu aussi des moments joyeux..C’était un Papa qui vivait loin (Belgique Tunisie fifti fifti)..Mais les mamans on été très gentilles avec moi..Et m^me nous avons aussi réglé les choses qui fâchent (héritage) dans une grande sérénité ….La vie n’est pas toujours rose mais bon..Et mon horrible mère ,au lieu de s’inquiéter de ma fatigue ou de ma tristesse (21 jours dans un deuil c’est hier)m’a enguirlander parce que je lui avais acheté une marinière trop lourde :(mais bon ça passe
    ..

  4. C’est super triste. Des regrets comme ça pèsent toute une vie même si tu étais alors trop jeune pour comprendre et que la véritable responsable est ta mère. Et c’est pour ça que ton père ne t’en a jamais voulu j’en suis sûre.
    Bref un gros calin à toi, et encore une fois bonne fête (à la bourre) à ton Rond 🙂

  5. Ton texte est super beau. Ne vis pas sur des regrets, ça t’a rendue plus forte et tu as pu en tirer les conclusions nécéssaires pour que cette histoire ne se reproduise plus dans les générations à venir 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s