La grossesse et Zermati

FT_067_03

Zermati, c’est un pote depuis longtemps. Par bouquin interposé, certes. Mais, parfois, on peut se sentir proche de quelqu’un à qui on n’a jamais parlé juste parce qu’on kiffe ce qu’il écrit. Moi, ça m’arrive souvent et c’est d’ailleurs pour ça que j’aime bien les blogs. Parce qu’en plus de kiffer, on peut aussi échanger.

Soit.

Zermati, donc, fait partie de ma vie depuis… Bah, depuis trois ans, je dirais.

Au début en mode « je teste mais je suis sceptique », puis, en mode « j’y crois mais ça ne marchera pas pour moi, j’suis trop nulle » et enfin en mode « non, mais, faut juste prendre le temps, en fait. Ca marche vraiment. C’est merveilleux ».

Alors, je ne te dirai pas que j’ai perdu 40 kilos en suivants ses conseils. Du moins pas encore. Mais, n’empêche. Les évolutions sont bien présentes. D’abord, je m’aime plus. Bon, c’est pas encore le fol amour, mais j’aime de plus en plus mon corps et j’apprends, petit à petit, à le respecter. A ME respecter.

Et puis, je ne vois plus ma balance comme ma pire ennemie. Au contraire, elle me rassure. Je sais que mon poids peut varier jusqu’à trois kilos en une journée. J’ai appris à reconnaître les signes. Je sais aussi qu’elle m’apprend à me distancer des chiffres, et donc des « on-dit ». Parce qu’elle est parfois loin de la réalité. Parce qu’elle n’est qu’un indicateur, et que je dois lui restituer sa juste place. Ni trop ni trop peu.

Et enfin, parce que mon poids se stabilise, sans effort. Je ne crais plus la nourriture. Je ne crains pas mes excès. Je sais que s’ils arrivent, mon corps les régulera.

Alors, quand j’ai appris ma grossesse, j’ai été sereine. Au pire, je prenais 35 kilos, et je m’en fichais. Mais, j’avais la certitude que je ne prendrais pas 35 kilos, puisque la nature n’exige pas qu’une femme prenne 35 kilos pour pondre un joli bébé en pleine santé.

Je m’en suis remise à mon corps. Tout au long des 7 mois et demi qui viennent de s’écouler, je n’ai écouté que lui pour décider de ce que j’allais manger.

Bien sûr, ma gynécologue m’a parlé de régime dès la première consultation, avec un poids maximal à prendre (et quoi ? Si je grossis plus, tu ne m’aimes plus et tu ne m’accouches plus ?). Elle m’a parlé d’aliments à interdire et d’autres à favoriser. Je ne l’ai pas écoutée (sauf en ce qui conerne les interdits non liés au poids, pour éviter de choper la toxoplasmose ou la listeriose, of course). J’ai décidé de n’en faire qu’à ma tête. Je n’aurais qu’à m’en vouloir à moi-même en cas d’échec.

J’ai « zermaté » comme jamais. Je ne suis pas encore au top du principe, mais je n’ai jamais atteint un tel niveau de zermatage. Surtout au premier trimestre. Il faut dire que les sensations sont multipliées par dix, les sensations alimentaires ne faisant pas exception.

J’ai découvert qu’il n’est pas facile de savoir ce qu’on veut manger. Mon corps fonctionne plutôt par rejet que par envie (même si parfois, mes envies étaient clairement identifiables).

De la viande ? Ah, non ! Du poisson ? Pourquoi pas. Des pâtes ? Non, non, non ! Des pommes-de-terre ? Ouiiiiiii ! Des princesses ? Non, merci. Du chou-fleur ! Oh, oui, avec de la béchamel et des pommes-de-terre. Et sans viande ni poisson, finalement.

Voilà comment se décident mes repas. Avec des variantes, chaque jour, évidemment.

Je mange régulièrement des frites (encore hier soir), des hamburgers (miam), du chocolat, de la glace. Je mange aussi régulièrement des oranges (j’en ai des envies folles), des raisins blancs, du chou-fleur (mon Dieu que c’est génial contre les brûlures d’estomac). Par contre, je ne mange plus jamais de crème fraîche avec de la viande (ça ne passe vraiment pas). Je mange moins de scampis. De manière générale, ma tendance à manger peu de protéines se confirme, même si je ne saurais m’en passer !

(- Chou, j’ai envie de viande !… (et à la fin du repas) – Mais, la Ronde, tu n’as mangé qu’un quart de ton steak !? – Euh, oui, mais, j’ai plus envie, là…)

(Pour le plus grand bonheur du Rond qui rafolle de la viande, en fait…)

Côté prise de poids, ma gynécologue m’a félicitée chaque mois. Mon poids est descendu en flèche (-7 kilos et demi) pour se stabiliser et ne remonter que très peu. Aujourd’hui, j’en suis à -4 kilos par rapport au jour où j’ai appris la grossesse !

Chaque mois, elle m’a félicitée de bien suivre mon régime. Chaque mois, j’ai nié suivre un quelconque régime. Il y a 2 mois, j’ai craqué, et j’ai dit (un peu fort) « mais, je ne fais PAS de régime, docteur ! ». Alors, elle m’a posé des questions sur ce que je faisais. Et je ne sais pas si cela a fait son chemin dans ses neurones de médecin, mais toujours est-il que depuis, elle me féclicite de bien poursuivre ma méthode, mais ne parle plus de régime.

Côté santé, mes prises de sang n’ont jamais été aussi bonne.

 » C’est bien. Vous ne mangez pas trop gras, ni trop sucré. Vos tests prouvent que vous n’avez aucune carence. C’est parfait! ».

Pourtant, je peux vous dire que je mange gras et sucré. Mais, jamais plus que ce que mon corps désire. C’est comme ça qu’hier soir, en quatre heure, c’est une pomme que j’ai mangée et non la crème au chocolat du frigo dont la date de péremption sera bientôt dépassée… (Purée ! Jeter de la crème au chocolat ! Un non-sens il y a encore quelques années !).

Plus que jamais je sais que cette méthode me convient. Que ces conseils me sont profitables. Que j’ai besoin de m’écouter, de me faire confiance et non de suivre stupidement les ordres d’un tiers, aussi spécialiste soit-il, sur ce dont mon corps a besoin.

Mes résultats sanguins sont la preuve que mon corps sait mieux que quiconque ce qu’il lui faut pour rester en bonne santé.

 

Bref, zermater durant la grossesse est un choix que je referais sans hésiter la prochaine fois que mon ventre accueillera un petit être, même si le corps médical y est réticent !

Publicités

11 réflexions sur “La grossesse et Zermati

  1. Ouai enfin Zermati il est marrant avec ses histoires anti-régime et anti-frustration mais le mec est rémunéré par l’industrie agro-alimentaire (je pense notamment à Mars). Je trouve que ça disqualifie complètement son discours.

    Et puis on va dire que je fais preuve d’un mauvais esprit détestable mais je trouve ça troublant de voir Zermati partout sur les blogs de mode. Il vous fait les consultations gratuites ou quoi?

  2. Merci pour ton témoignage!!!! c’est rassurant!!! Je suis sûre que quand je serais enceinte, le gynéco me fera des remarques sur mon poids… mais je zermate depuis 1 an, avec un mieux au niveau de mon comportement et de mon bien être et des kilos en plus.. mais je travaille la dessus! J’ai lu que d’autres femmes enceintes ont zermaté plus facilement car elles ressentaient plus facilement leurs sensations… on verra pour moi!

  3. Ce Zermati, j’en entends pas mal parler… il faut que je me motive à lire son livre, vu ma relation avec la nourriture ça ne pourra être que bénéfique pour moi… même si je ne suis pas enceinte !

  4. Waaah bravo ! Vraiment, c’est formidable !! Moi je n’y arrive pas du tout à m’écouter, mais un jour je tenterais peut-être !!

  5. Tu as de la chance d’arriver à Zermater. Pour ma part, réfléchir à mes sensations me donne une faim de loup (quelle honte !). Mais je n’abandonne pas l’idée qu’un jour, j’y arriverai !

    • Franchement, je crois qu’il faut s’enlever de la tête d’y arriver en une fois et surtout d’y arriver parfaitement dès le début. Et puis, il faut aussi s’ôter de la tête l’idée que cela se joue à chaque repas ! C’est un processus continu. Si tu manges beaucoup à ce rzpas mais que tu attends vraiment d’avoir à nouveau faim, ça peut prendre du tmeps. L’important, c’est qu’un équilibre s’installe sur une dizaine de jours !

      Pour ma part, je ressens ça très fort. Samedi, par exemple, sur l’ensemble de la journée, j’ai mangé un petit pain au chocolat, un croissant, une mini verrine de pêche au thon, une mini verrine de tomate mozza, une mini verrine de risotto au champignons, un petit toast au saumon fumé, un petit tosat au philadelphia et une mini verrine de mousse au chocolat. Sur une journée complète, c’est très peu. Mais, le lendemain, j’ai avalé une grosse assiette de reste de risotto aux champignon, une belle portion de couscous royal, et des tartines de saumon fumé/philadelphia (de nouveau sur l’ensemble de la journée). Au final, j’ai mangé de tout, assez équilibré (trop de sucre samedi, mais presque aucun dimanche…). Sans me priver ! 😀

      Moi non plus, je n’abandonne pas l’idée que tu y arriveras un jour. Prends le temps de te faire confiance et commence tout doucement, par de petits trucs qui te semblent faisables ! 🙂

  6. Je ne connais pas Zermati, mais je me reconnais dans ta façon de manger ! Depuis le début de ma grossesse, je m’écoute, enfin, j’écoute mon corps et non ma gourmandise ! Je viens d’entrer dans mon 6ème mois, et je suis à +0 avec les félicitations de ma gynéco ! (avec les -5 repris puisque je peux re manger, contrairement aux 3 premiers mois…. x) )
    Et je suis d’autant plus fière que je passe du coup à côté du test O’sullivan, puisque bébé est dans les clous et que pour nous deux tout va bien ! Je lui ai dit aussi que je ne faisais pas de régime, mais pareil, la méthode à l’air de lui convenir… x)

    Félicitations à toi en tout cas, c’est pas facile de s’écouter vraiment…!

    • Moi, je ne suis pas passée à côté du test O’Sullivan, malheureusement (même s’il s’est révélé négatif et j’en suis heureuse).

      Félicitations à toi aussi ! On est sur la bonne voie, j’en suis sûre ! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s