Ma Saint-Valentin à moi, c’était comment ?

Amour-en-coeur

 

Chez nous, point de 14 février.

L’amour c’est n’importe quand, n’importe où. Quand on veut. Quand on peut. Quand on y pense.

Pour autant, nous ne trouvons pas la fête de la Saint-Valentin débile ou rétrograde ou commerciale. Après tout, comme les autres fêtes, on en fait ce que l’on veut. Noël peut être un moment de partage ou un moment de dépenses aussi inutiles que démonstratives…

C’est vrai qu’il n’y a pas qu’un seul jour pour se montrer son amour. Mais, une fête, c’est l’occasion de marquer un temps d’arrêt et de se rappeler tout ce qui nous unit.

Cette année, pour la première fois, c’est le Rond (mon mari chéri, quoi) qui y a pensé en premier. Avec cette phrase qui m’a estomaquée : « ah, tiens, j’ai trouvé ton cadeau de Saint-Valentin ! ».

Quoi ? Cadeau ? Saint-Valentin ? C’est quand ? Dans deux semaines ? Et il y pense déjà ? Wouah !

Il est vrai que depuis le début de notre relation, c’est moi qui ai toujours accordé de l’importance à ces marques d’amour-là. La Saint-Valentin, notre anniversaire de rencontre, notre anniversaire de mariage et toutes ces dates si symboliques qui ont construit notre couple.

Je me souviens qu’il y a un an, nous nous sommes disputés. Je lui reprochais de ne jamais me montrer qu’il m’aime à travers des « cadeaux ». Pas spécialement des cadeaux chers, mais des symboles. Une sortie, une fleur, une carte, un poème.

Il en a été vexé. Pour lui, montrer son amour, c’était dans les petites choses du quotidien : me faire un bon repas, un délicieux massage, me prendre dans ses bras, m’écouter, me conseiller, participer (beaucoup plus que moi) dans le ménage.

J’y ai réfléchi. Et j’ai compris la chance que j’avais d’avoir un homme à mes côtés qui faisait tout ça. C’est vrai, c’est pas un pro de l’organisation. Il oublie toutes les dates. Il pense à un cadeau qu’il met 6 mois à acheter (ça fait pas beaucoup de cadeaux sur l’année… ). Mais, il est présent, chaque jour. Il m’a aidée à traverser les épreuves de ma vie, il m’a soutenu dans tous mes projets, il est tendre, affectueux, romantique dans la vie de tous les jours.

Alors, j’ai décidé d’être moins exigeante. Je lui ai expliqué que lui, il aimait bien que de temps en temps, je participe plus au ménage. Et ben, moi, j’aimerais que de temps en temps il organise de petites choses pour me montrer qu’il m’aime.

Et puis, au fond, j’ai décidé que je l’avais épousé avec ce défaut : être une nullité en organisation. Je le savais dès le départ. Pourquoi vouloir le changer. C’est vrai, après tout, je l’aime comme il est !

Alors, qu’il me parle de Saint-Valentin, ça m’a dépassée ! Mais, ça m’a ravie. Et stressée !

Merde, s’il avait un truc, c’est que moi aussi, je devais avoir un truc ! Et quoi ?

Avec le Petit pois qui accapare toutes mes pensées, je ne suis pas très présente pour lui, et je n’avais aucune inspiration.

Jusqu’à ce qu’on aille à la piscine, tous les deux. Et qu’il me parle de ce « maga-boules » qui a disparu. « Le « maga »-quoi ?? »

« Ben, le « maga-boules », le magasins de bonbons, quoi ! »

Il m’a décrit combien il aimait choisir ses bonbons avec parcimonie, parce qu’il n’avait pas beaucoup de sous d’argent de poche sur lui. Et aussi, combien il aimait avoir un peu de toute sorte. (Le Rond aime les assortiments!).

Et là, j’ai eu un déclic !

Une jolie boîte avec un assortiment des bonbons de son enfance !

Mardi, avec ma belle-maman chérie, pendant qu’il était au travail, nous avons cherché ses bonbons favoris. J’en ai rempli une jolie boîte que j’ai décorée avec une photo de nous, prise à Noël et que sa mère a développée pour l’occasion.

Le tout a été emballé dans un joli papier rouge avec des coeurs (oui, j’ai fait dans le kitsch).

Mardi soir, le Rond a donc vu son paquet cadeau. Le mien était soigneusement caché dans son sac. Le 14 février, c’était jeudi.

Mais, le Rond est encore un grand enfant impatient. Il avait très envie de découvrir ce que je lui avais réservé et encore plus de voir mon regard lorsque je déballerais son trésor.

Alors, mercredi matin, nous avons échangé nos cadeaux. Nous étions en congé tous les deux. Nous avions la journée pour nous.

Il était super content et surpris de ses bonbons ! Il ne s’y attendait pas !

Moi, de même, j’ai été super contente ! Il m’avait acheté l’album de mon chanteur favori. Un best-of de toutes les chansons que j’aime et que je me désolais, il y a quelques semaines, de ne pas encore posséder, alors que ce serait tellement chouette de les avoir pour mon accouchement.

Nous avons ensuite passé un délicieux moment sous la douche que je ne développerai pas ici. (Un peu d’intimité, que diable).

Nous avons cuisiné un plat à deux. Une recette élaborée depuis des idées venant de chacun de nous. Et qui, au final, était délicieux.

Et nous avons conclu cette merveilleuse journée en parlant. De nous, de nos projets d’avenir, du Petit pois, et de toutes ces choses qu’on ne prend pas vraiment le temps d’aborder.

Juste avant d’aller dormir, nous avons regardé (au lit, comme des vilains transgresseurs de l’ordre) « Bernard et Bianca ». Avant de nous endormir dans les bras l’un de l’autre.

Une journée magique, grandiose, qui restera parmi mes meilleurs souvenirs, alors même que nous n’avons pas dépensé des mille et des cent et que nous avons opté pour la simplicité.

Le 14 février, le Rond a été travailler. Moi, je suis restée à la maison. Ma belle-maman est venue et nous avons avancé dans les travaux pour la chambre de Petit pois. Au soir, nous avons commandé une pizza chez Pizza Hut (so glam, isn’t it ?).

Le 15, je lui ai offert une jolie carte. Avec un texte que j’avais soigneusement rédigé. Je voulais lui écrire des mots qu’il avait besoin d’entendre. Et cela lui a fait chaud au coeur.

Depuis, je sais qu’il a écrit un brouillon de texte pour moi. Il doit « juste » acheter la carte et recopier le mot. Je connais mon loustic. Je sais que cette carte arrivera tôt ou tard. Sans doute plus tard que tôt. Mais, je m’en fiche. J’ai vécu uen de mes plus belles Saint-Valentin, et rien d’autre ne compte !

 

Alors, voilà, j’ai passé une super Saint-Valentin, alors que le 14 février a été une journée comme les autres !

 

Et toi ? C’était comment ta Saint-Valentin ?

Publicités

2 réflexions sur “Ma Saint-Valentin à moi, c’était comment ?

  1. c’est comme ça que je conçois la saint-valentin!
    le géant il est nul en cadeau (j’en veux pour preuve que maintenant pour mon anniversaire il participe à la cagnotte au lieu de me trouver un cadeau. donc en gros j’ai un cadeau à noel et c’est tout. et ça me désole mais comme tu dis je l’ai pris comme ça je ne le changerai pas).
    notre saint-valentin on l’a fêtée avec un couple d’amis, un bon repas à la maison.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s