Quand un médecin se plante sur toute la ligne

Mardi matin au réveil, je suis au bout de ma vie.

Depuis une semaine, j’ai un début de sinusite. Je la traîne en priant fort que cela passe. Mais, mardi, c’est le pompon : plus de voix, ma gorge me fait un mal de gueux. Ma tête est un étau.

J’hésite à aller au boulot, mais, une petite voix me dit « ttt, la Ronde, t’es crevée mais surtout, t’es enceinte ! Là, t’as la crève. Faut rester chez toi et appeler un médecin! ». Cette petite voix a un double : celle de mon mari-chéri.

Je capitule et reste donc au chaud. J’appelle mon médecin traitant qui ne fait pas de visites à domicile chez moi. Mais elle me conseille un confrère qui habite pas loin et qui pourra sans doute venir.

Et en effet, il vient. Avec une heure et demie de retard. Il m’explique qu’il est arrivé à temps, mais qu’il avait retenu le mauvais étage. Il a cherché mon nom (au mauvais étage (note, il a cherché un étage en-dessous du mien, hein)). Alors, il a fait les entrées des 8 autres bâtiments (quand même, hein, sachant qu’il y a 3 entrées par bâtiments…). Puis, il est rentré chez lui à la recherche de son agenda où il avait noté l’adresse. Il a cherché partout avant de le retrouver en-dessous de son siège auto. Il a alors vu qu’il s’était trompé d’étage et il est revenu.

Soit.

Je souris. Franchement, j’avais dormi tout le temps, alors, un peu plus, un peu moins, j’ai pas vu le temps passer.

Le docteur est bavard. Il me demande ce que j’ai.

Je lui explique mes symptômes. Je suspecte une sinusite et une trachéite. Il a l’air dubitatif.

Il pousse sur mes pommettes et me demande si je souffre. Franchement, là tout de suite, non. Il me dit que je n’ai donc pas de sinusite. Je lui explique que j’ai mal le long de l’arrête de mon nez, derrière les orbites et aux gencives. Que j’en déduis une sinusite, parce que ce sont les symptômes que je développe toujours dans ce cas-là. Il me demande de mettre ma tête en avant, le corps plié en deux. Je m’exécute. Oui, j’ai la tête congestionnée. On le serait à moins avec le nez bouché et la tête en étau. Soit. Il me confirme la sinusite.

Il regarde mes oreilles. Je lui dis que j’ai beaucoup de cérumen. Il me dit que pas du tout. Je lui dit que je suis étonnée parce que depuis deux jours, je suis obligée de me laver les oreilles deux fois par jour (au lieu de deux fois par semaine) et que chaque fois, mes cotons-tiges sont oranges. Il me dit que j’ai les oreilles parfaitement propres et sans cérumen du tout. J’ai un doute. Mais, tant pis. C’est lui le médecin.

Je lui demande s’il peut examiner ma gorge sans bâton sur ma langue. Il a l’air dubitatif, à nouveau. Visiblement, il n’avait pas prévu de regarder ma gorge (ou alors, j’interprète mal). Il regarde et me dit « Et vous avez mal avec ça ? C’est étrange, parce qu’il n’y a rien ».

Ah.

Sauf que ma gorge est en feu et que ma voix se casse à intervalle régulier, sans parler de ma toux qui me déchire les entrailles.

Il écoute mes poumons. « Ils sont bien clairs ».

« Bon, si vous avez mal, je vous donne un sirop »

« Je suis enceinte de 6 mois et demi. C’est pas mauvais pour lui ?  »

« Non, pas du tout. Je vous donne aussi un spray pour le nez et vous pouvez prendre du Dafalgan ».

« Oh, vous savez, le Dafalgan, moi, ça ne me fait rien. Depuis le début de ma grossesse, je ne peux plus rien prendre. La seule chose qui fonctionne, c’est l’aspirine, qui est interdit ».

« Non, non. Vous pouvez en prendre ».

‘Vous êtes sûr ? Ma gynéco me l’a interdit ! ».

« Non, non, c’est interdit qu’au premier trimestre. Là vous êtes au troisième, vous ne risquez plus rien ».

« Ah »

Dans ma tête, je me jure de poser la question à ma gynéco avant d’en prendre. On ne sait jamais.

Il s’en va. J’ai ma prescription et mon certificat médical.

Mais, je suis complètement HS. Je passe la journée à dormir.

Le soir, c’est mari-chéri qui va prendre mes médicaments à la pharmacie. Mais, par acquis de conscience, il demande à la pharmacienne si ce que j’ai convient pour une femme enceinte.

« Vous êtes sûr que c’est une prescription pour une femme enceinte ? »

« Euh, oui. »

« Ecoutez, ce sirop est totalement interdit aux femmes enceintes. Il contient un antibiotique contre-indiqué en cas de grossesse ainsi que de la cortisone. Le spray est déconseillé, sauf dans des cas grave. »

« Ah… Il a aussi dit que ma femme pouvait prendre de l’aspirine. Vous en pensez quoi ? »

« Mais, il savait qu’elle était enceinte ? »

« Oui, elle lui a dit. Et puis, vous savez, elle est au troisième trimestre. Maintenant, sa grossesse se voit ».

« Je ne comprends pas, parce que l’aspirine aussi est déconseillée ».

« Ah. Et qu’est-ce qu’elle peut prendre alors ? »

« Ben, je vais vous donner un sirop pour la toux qui n’est pas nocif pour le bébé et demandez à un médecin, un autre médecin, pour savoir si elle a besoin d’antibiotiques »

 

Il est déjà tard. Je reporte mon appel au lendemain matin. A un oncle médecin. Qui confirme ce que la pharmacienne a dit.

En y repensant, je me rends compte qu’en plus de me prescrire des médocs interdit aux femmes enceintes, il m’a prescrit un antibiotique sans m’en avertir et donc, sans que je puisse lui parler de mon allergie à la pénicilline, l’un des antibiotiques les plus courants.

Pff ! Cela me met en rage.

Alors, non, je ne porterai sans doute pas plainte à l’ordre des médecins, mais son nom a été transmis à cet oncle et le sera très bientôt à mon médecin traitant qui me l’a recommandé. A eux de décider si la faute est assez grave pour qu’une plainte soit déposée…

D’ici là, je bénis ma pharmacienne qui m’est toujours d’excellent conseil !

 

Et toi ? Ca t’es déjà arrivé un truc pareil ? T’en penses quoi ? Je devrais faire quoi selon toi ?

Publicités

12 réflexions sur “Quand un médecin se plante sur toute la ligne

  1. Et bien dis donc, heureusement que ta pharmacienne est prudente… et puis ce doc’, grrr! Prends bien soin de toi, bizouilles!

    • Oui, je bénis ma pharmacienne ! Elle est toujours de bon conseil et prend toujours le temps d’expliquer les choses !
      En plus, elle se souvient de ses clients et fait des liens avec les achats précédents ! Au début de ma grossesse, elle s’est souvenue que je prenais un anti-allergique (acheté qu’une fois) et m’a conseillé d’arrêter jusqu’à ce que je voie un médecin ! Ce jour-là, j’ai su que je ne changerais pas de pharmacie ! 😀

  2. Et oui, il y a des médecins qui devraient retourner faire un tour à la fac… Dans ma ville, il y en a un qui a prescrit à la petite fille que je garde (elle a 6 mois) un sirop pour la toux sèche alors qu’elle avait une toux grasse, qui plus est un sirop en dosage classique, pas nourrisson, dans la notice c’était écrit que le médicament était fortement déconseillé aux enfants de moins de 6 ans… Et il avait prescrit une dose « adulte », si on se réfère à la notice… Sauf que la maman ne l’a pas vu tout de suite, elle en avait déjà donné à la petite, et c’est moi qui lui ai fait remarquer quand je l’ai vue… Du coup elle a appelé un autre médecin pour savoir ,qui lui a dit de ne surtout pas donner ça à un bébé, et elle a vite changé de médecin traitant !!

    • Oh mon Dieu, dis ! Ca m’aurait trop stressé ! J’aurais aussi vite changé de médecin !
      J’avoue que, perso, je lis toujours la posologie.

      En début de grossesse, ma gynéco m’a prescrit une crème. Mais, sur la posologie, j’ai vue tout un tas de contre-indications qui m’ont fait peur. Je suis retournée illico à la pharmacie pour être sûre. Finalement, j’ai pu en prendre, mais, je reste prudente… Et l’exemple que tu cites montres bien que c’est nécessaire !

  3. Euuuuuuuh… Okaaaaaay merci docteur ! Heureusement que tu t’es méfiée cela aurait pu finir mal !
    J’évite les médecins comme la peste donc ça ne m’est pas encore arrivé et heureusement !

    • Moi, j’ai toujours peur d’avoir un truc grave… Mais, une fois que j’ai vu le médecin et que ce que j’ai n’est pas grave, je suis du genre à ne pas vraiment prendre mes médoc, tout ça (sauf si l’oubli peut être grave, enfin, tu vois le genre, quoi ! ;D).

  4. tu as relayé l’information à qui de droit, à eux de faire ce qui se semble le plus important à faire. il m’a l’air de bien se foutre de ses patients ce médecin-là…

  5. C’est même plus se planter à ce niveau là, c’est rentrer dans le mur et forcer pour passer quoi o_O Heureusement que ton homme à demander à la pharmacie…! J’imagine même pas ce que ça aurait été si c’était tombé sur quelqu’un qui fait une confiance aveugle aux médecins ! J’aurais fait comme toi, signaler à mon médecin traitant, après, s’il te conseille de porter plainte …! Mais c’est quand même grave là…!

    En tout cas j’espère que tu vas mieux et que tu as vu un vrai médecin qui t’as prescrits les bons médocs !

    • Bah, j’ai pas vraiment vu d’autre médecin. Mais, comme ce que j’ai est sans doute viral (d’ailleurs, ça va mieux), ben, y a pas beaucoup de trucs que je peux prendre en étant enceinte… Mais j’ai trouvé mes deux meilleurs amis de grippe : le lisomucyl et le Dafalgan… 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s