Trop de plein ou trop de vide ?

Je sais, ce titre n’est pas français. Pourtant, c’est la question que je me pose : Suis-je remplie de trop de plein ou de trop de vide ?

Une discussion avec une amie proche, qui rencontre les mêmes soucis que moi niveau poids, m’a amenée à prendre conscience que le vide que je ressentais était au moins aussi proportionnel que le plein.

Depuis des années, elle ne comprend pas quand je lui dis que je mange pour combler un vide. Et moi, je ne comprends pas ce qui se passe en elle non plus, du coup.

Puis, hier, j’ai compris. Enfin, je crois.

Elle me disait qu’elle se sentait trop pleine d’émotions et autres. Et je le ressens aussi.

Mais, pour ma part, ce qui l’emporte, c’est l’impression d’être trop pleine de vide : l’absence de gestion de toutes ces émotions autrement qu’en mangeant. L’impression que tout le monde sait comment faire face, a reçu les outils pour faire face et moi pas. Je ne sais absolument pas comment gérer mes émotions, si ce n’est en mangeant. Encore et encore. Je me sens vide de l’amour maternel dont j’aurais tellement eu besoin. Je me sens vide de ressources pour m’être suffisante.

Ces derniers mois (années), grâce à Zermati, j’arrive enfin à trouver des pistes. Et je l’avoue : je me sens moins vide qu’avant. Et, par voie de conséquences, je remplis moins ce vide par de la nourriture. N’empêche, ce vide est encore là, à me remplir de rien. Et à m’inciter à manger trop quand les choses ne tournent pas comme je l’aimerais.

Ce qui fait la différence entre mon amie et moi, c’est qu’elle ressent ce vide à l’extérieur d’elle-même quand moi, je le ressens dans mes entrailles. Mais, au fond, la problématique est la même : comment combler un manque ? Comment apprendre, seule, à gérer les douleurs, les frustrations, les émotions sans s’aider de cette nourriture si réconfortante ?

Malgré ces questions qui restent encore sans réponse, je me sens évoluer, grâce à ces petites discussions et réflexions. Je sens que je grandis. Chqaue étape me rapproche de ce que j’aimerais être : une adulte épnaouie et heureuse. Car, enfin, je ne rêve plus de redevenir une enfant. J’ai fait le deuil de cette étape de ma vie. Je fais le rêve de devenir une adulte, avec une âme d’enfant pour continuer à m’amuser et à m’émerveiller d’un rien, une adulte prête à offrir à mon bébé une enfance normale, pleine de bonheurs, de frustrations, d’émotions, de souvenirs joyeux et moins joyeux. Bref, une enfance qui lui donnera les outils pour affronter une vie de grands sans trop de heurts…

medium_Plein_de_vide 

 

medium_Plein_de_vide_1_

 

 

medium_Plein_de_vide_2_

Publicités

2 réflexions sur “Trop de plein ou trop de vide ?

  1. Mais là tu es en train de te remplir… et tu vas voir comment ce petit pois va te permettre de faire sortir toutes tes émotions…
    Courage !

    • C’est drôle mais je ne vois pas du tout ça comme ça : mes manques sont liés à mon enfance. Petit pois n’a pas à combler les lacunes de mes parents. Ce n’est pas son rôle.
      Longtemps, j’ai cru que porter la vie comblerait mes vides et ce n’est absolument pas le cas. De la même manière que la nourriture est inefficace également !
      Et je pense que c’est mieux ainsi, non ? 😉
      C’est en moi que je dois trouver les solutions…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s