J’ai testé pour vous l’après-midi attablée avec des cons

Et je te le confirme, c’est moyennement sympa. (Au cas où tu te posais la question… On ne sait jamais!).

Vendredi, mariage de deux amis à nous, nous passons la journée avec des gens que je ne connais que très peu (voire pas du tout pour certains).

D’un naturel sociable, je papote avec les gens. Même pas peur, d’abord.

A une table, il y a le meilleur ami de père-du-petit-pois-qui-pousse-dans-mon-ventre (appelons-le Matthieu) avec sa copine (disons Nadine) et quatre gars que je ne connais pas (et dont je n’ai absolument pas retenus les prénoms)(prénoms que je m’amuse de toute façon à modifier, tu me diras, mais ne sois pas si carré, s’il-te-plaît).

Je discute un peu avec Matthieu et Nadine et donc, avec les quatre autres énergumènes.

Puis, viens le moment des ragots. Ragots de gens dont je n’ai jamais entendu parler. Évidemment. Soit. J’écoute. Même les ragots de parfaits inconnus peuvent paraître éminemment intéressant quand tu t’emmerdes tu veux t’intégrer.

– « Oh, tu sais quoi ? Y a trucmuche, il a une nouvelle copine! »

– « Non?! Elle s’appelle comment ? »

– « J’sais plus. Machin brol, je crois ».

– « Ah, ouais! »

Bref, que de l’info intéressante, quoi. Puis, soudain :

« Ah, mais je ne t’ai pas raconté ? Bidule nous a invités aux thermes pour son annif. Il avait droit à trois places gratos. »

« Sympa, dis »

« Ouais, ben, attends, on arrive, et le gars, il avait emmené sa copine! »

« Quoi ? Tu veux dire la grosse, là ? »

« Ouais, ouais. C’était dégueu. En plus, on l’a su une heure avant d’arriver aux thermes. On était dégoutés d’avance comment elle est trop grosse quoi! »

« Ouais, beurk ! J’imagine. Et quoi ? Vous vous êtes mis à poils devant elle ? »

« Ben, ouais, c’était les thermes, quoi. Mais, le pire c’était de la voir elle à poil. Un vrai film d’horreur »

Gros rires gras… Je te rappelle à tout hasard que je partage leur table, à ce moment précis et qu’on a discutés ensemble trois minutes avant, quand même. Je rappelle aussi au lecteur non assidu que je pèse un truc comme 120 kilos, je veux dire.

« On a été à quatre dans le jacuzzi. Elle était à poil, mec! »

« Il paraît qu’ils vont se marier »

« Oh, non! Putain ! Le gars il va casquer pour payer sa robe ! Peut-être qu’il pourra demander à payer le tissu au mètres, ça lui reviendra moins cher ! haha ! »

Matthieu : « Ouais, ou alors, il pourra récupérer de vieux parachutes ! Haha! ». Le regard de Matthieu fait le tour de l’assistance pour souligner son trait d’humour et ses yeux se posent sur moi, qui ne ris pas (et qui a même les sourcils légèrement froncés genre « tu te fous de moi ou bien? »).

Il reprend donc tout son sérieux et ajoute, maladroitement, un peu confusément : « Non, je dis ça parce que vraiment, après la deuxième guerre, les gens récupéraient la soie des parachutes pour se faire des robes et… »

C’est là que mon chéri l’a interrompu d’un « Non, mais, c’est bon t’enfonces pas plus, mec ». (Enfin, c’est ce que j’ai imaginé très fort, je crois)(en vrai, je ne sais plus).

 

Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas réagi. Non, parce que je vous la fais courte, mais la conversation a bien duré 15 minutes sur les rondeurs de la copine de Bidule. Et moi, j’étais là et je me disais : « Mais, ils se rendent compte que je suis là et que j’entends ? Ils veulent me faire passer un message ou quoi ? Ils croient que j’ai attendu leurs remarques à la noix pour faire « attention » à mon poids ? C’est quoi le délire ? S’ils voulaient pas aller à poil avec cette fille (ce que je peux parfaitement comprendre), il suffisait de le dire. Ils ont presque (ou passé) trente ans, quand même. Y avait moyen de dire au copain : ‘écoute, on pensait plus faire un truc entre potes. On va plutôt te laisser tranquille avec ta copine et on se refera ça entre mec un autre jour’. C’était tout simple. »

Mais, non, au lieu de ça, ils ont préféré y aller (en même temps, voir une fille à poils, grosse ou pas, hein, j’imagine que ça fait toujours plaisir) et en rire grassement avec tout qui était prêt à les écouter !

 

 

Et toi ? T’aurais réagi ? T’aurais laissé passer ? T’aurais ri ?

Advertisements

13 réflexions sur “J’ai testé pour vous l’après-midi attablée avec des cons

  1. Oui enfin moi, j’aurai réagi. Pas vis à vis de moi, ni de « mes formes », mais vis à vis de ce mépris que j’exècre. J’aime énormément critiquer, c’est clair, mais dénigrer les gens sur un physique, non. Je trouve cela LAMENTABLE. Donc j’aurai râlé, j’aurai été méprisante et limite j’aurai gâché la fête avec mon air méprisant, je me connais. Je rêve d’un monde non pas « Bisounours », mais simplement où l’on ne te condamne pas parce que tu n’entres pas dans une « norme » pré-établie par tous ceux qui pensent justement incarner cette norme.

    • Le truc, c’est que ce n’étaient pas les mariés qui disaient ça et je ne voulais pas leur gâcher leur fête (entre nous soit dit, la mariée est aussi loin des standards de mode, donc, je ne suis pas sûre qu’elle aurait apprécié la discussion).

      Après, je pense que dénigrer les gens sur leur physique, c’est se rassurer soi. Sans doute n’ont-ils pas confiance en eux ou ont-ils une image galvaudée de leur propre réussite. Je suis intimement persuadée que quand tu es bien dans tes baskets, (vraiment bien dans tes baskets, je veux dire), il ne te vient même pas à l’esprit de dénigrer quelqu’un, sur quelque sujet que ce soit. Donc, finalement, ils me font surtout pitié, ces gens…

  2. Mmmmhhh, sympa l’ambiance.
    Non, je ne crois pas que j’aurai ri. si je ne les connaissais pas du tout, je n’aurai rien dit non plus, car c’est pas mon genre, mais par contre, je me serais levée avec fracas et raclement de chaise et je serais partie en mode furie…
    Et pour le meilleur-ami-du-père-du-petit-pois, par contre, comme j’ai la revanche méchante, je ne lui adresserais plus la parole, et crois moi bien qu’il ne resterait pas meilleurs amis longtemps !

  3. honnêtement, leurs propos ne me choquent que parce que tu étais attablée avec eux. je suis adepte du « je critique beaucoup mais pas quand les personnes concernées sont présentes », parce que je sais que ça peut (et à raison) être mal pris. tu sais, le géant est plutôt mal à l’aise parce qu’il va voir notre copine A en maillot de bain pendant les vacances. déjà parce que c’est la femme d’un pote et ensuite parce qu’elle a un léger surpoids. donc non, je ne pense pas que ton dernier paragraphe soit vrai (en tout cas pas pour ces gars-là).

    • Ton commentaire m’inspire deux réflexions.
      1) je pense que l’on peut rire de tout mais pas avec tout le monde. S’ils s’étaient assurés qu’on était dans le mode : « On critique/on déconne mais c’est pas sérieux », why not. Mais, là pas du tout. Ils ne m’ont plus calculée à partir du moment où la conversation a commencé. Et les remarques étaient purement méchantes et pas drôles… (Tu me diras l’humour est personnel). A plusieurs reprises, j’ai répété certaines de leurs phrases dans ma tête en remplaçant « grosse » par « arabe », « juif » ou « noir » et je te promets que les propos d’Hitler n’avait rien à leur envier. 😥
      2) Je peux tout-à-fait comprendre le malaise des potes. Franchement, jamais je ne proposerais ce genre de choses, en tous les cas sans au moins avertir les personnes concernées (là, le truc était prévu de longue date et ils ont appris le jour même qu’une fille se joindrait à eux… Qui plus est, une fill dont le physique ne leur plaisait pas… Bof)(bon, en l’occurrence, je n’accepte pas assez mon corps pour même envisager de proposer un tel truc, mais franchement, le principe est là : tu préviens). Après, ils sont adultes et ils sont libres de refuser. En acceptant, ils se mettent volontairement dans cette situation. Et s’ils acceptent, qu’ils l’assument… Si leur malaise était si grand, il suffisait de le dire ou, à tout le moins, de trouver une excuse bidon pour reporter le truc. Enfin,je trouve, quoi. On n’est plus en maternelle et la vie nous laisse le choix.

      Pour le géant et ta copine, je trouve que c’est encore une autre situation. Elle sera en maillot, et je comprends qu’il soit difficile de le lui reprocher et donc, de refuser ou de lui demander de se changer. Et je peux tout-à-fait comprendre que le surpoids de quelqu’un puisse mettre mal à l’aise, que l’on puisse trouver cela inesthétique, etc.

      Honnêtement, dans mon histoire, je leur en veux surtout d’avoir été si méprisants et médisants face à moi, qui leur est plus ou moins inconnue mais qui pouvait totalement me sentir concernée… Tu comprends ?

  4. J’avoue, je ne peux pas prévoir si j’aurais ri ou non…
    Quand ce sont des personnes que je connais et qui sont proches de moi, il m’arrive de réagir, parce que ce n’est pas agréable d’être déçue de la méchanceté de ces proches.
    Quand ce sont des gens que je connais pas, je l’avoue, je réagis comme tu l’as fait, j’écoute complètement abasourdie, je fronce les sourcils et je prie pour qu’ils comprennent tout seul à quel point ils sont cruels et immatures.
    J’avoue que je n’ose pas trop me lancer dans des débats avec les gens qui parlent des « grosses » en des termes complètement odieux, parce que je sais que ça n’avance à rien et qu’ils savent juste dire des trucs comme « bah, on ment pas en même temps, t’es bien grosse, tu le vois non ? » ou « Si les grosses veulent pas qu’on dise qu’elles le sont, fallait faire attention à sa ligne! »
    C’est très déprimant, et c’est surtout complètement rageant de voir ça, mais je ne réagis pas, parce que le genre de personne qui osent parler comme ça, ne fera que s’enfoncer si on le contredit. Et donc, il ne fera que nous énerver encore plus.
    Sinon, pour revenir à la conversation qu’ils ont eu, ils sont tout simplement dégueulasses ! Je plains la pauvre nana dont ils ont parlé comme ça, mais leurs mots pourraient s’appliquer à bien des femmes qui lui ressemblent et c’est vraiment un total manque de respect. Une grosse n’est pas un objet qu’on peut traiter cruellement et insulter, ça va quoi!
    Ils sont désespérants quand même…
    Bravo pour ton article !

    • Oui, je me suis dit que je n’avais pas envie de rentrer dans un débat de « les grosses sont grosses parce qu’elles le veulent bien »… Mais, je n’ai rien su dire d’autre d’intelligent, donc je n’ai rien dit du tout…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s