La ronde change de médecin

Depuis bientôt trois ans, j’ai le même médecin. Une jeune femme plutôt sympa. Qui est très gentille. Avec qui le contact passe bien. Mais qui exerce dans une maison médicale tout proche de mon ancien chez-moi mais très éloignée du nouveau. 50 minutes de transport en commun quand on est malade, pour voir son médecin, ce n’est glop. Ni top.

Depuis 6 mois, donc, je galère à trouver un médecin lorsque j’en ai besoin. Pas que je passe ma vie à être malade. Mais, mon corps a choisi cette période particulièrement inopportune pour faire des caprices… Heureusement, mon chéri connaît un médecin qui nous a dépanné entre temps, mais ce n’était pas une situation très agréable et ce n’était pas destiné à durer.

Il était donc temps de prendre contact avec un médecin qui deviendrait, à terme, notre médecin traitant.

Au détour d’une promenade avec Princesse, j’ai découvert qu’un médecin homéopathe exerçait à deux pas de chez moi. Une médecin, pour être précise. J’ai noté son numéro et ai pris RDV.

 

Honnêtement, en appelant, je me suis dit qu’elle allait me prendre pour une folle : je ne suis pas malade. Mais, je voulais avoir un premier contact avant de décider si je mettais mon sort (médical) entre ses mains. Parce que, faut pas déconner, si le contact passe aussi bien qu’avec le médecin que ma mère avait choisi, quand j’étais ado, je préfère me soigner toute seule avec des plantes plutôt que d’être confrontée à tant de froideur et de dédain.

Je me rappelle que cette femme (décidément, je ne me fais soigner que par des femmes…) me regardait toujours d’un air méprisant. Elle estimait que j’inventais. Des douleurs. Des maladies. Lorsque je la consultais pour des douleurs inexpliquées (au genoux, par exemple), elle m’assénait d’un ton sans appel que c’était dans ma tête et que ce n’était rien de grave. Elle me considérait comme hypocondriaque, je suppose. Je ne l’étais pas.

A force, je le suis devenue. J’ai développé une peur d’avoir une maladie qu’un médecin ne décèlerait pas. Je savais, à l’avance, que quoi que je lui dise, elle ne me prendrait pas au sérieux.

Lorsque j’ai été en âge de choisir mon médecin, j’ai consulté son confrère, du même cabinet, qui était beau comme un Dieu (c’est pas un critère ?), et qui me prenait au sérieux, lui.

Les années qui ont suivi, j’ai découvert que mes douleurs (« inventées ») aux genoux étaient due à un déplacement de ma rotule. Après cinq minutes et trois manipulations chez un kiné, ces douleurs ont disparu (malheureusement provisoirement et je dois régulièrement procéder aux manipulations que le kiné m’a montrées)…

J’ai découvert que mes douleurs (légères) au bas-ventre étaient dues à des ovulations répétées durant mon cycle. Rien de grave, si ce n’est que je risque plus facilement de tomber enceinte.

J’ai découvert que mes autres douleurs au ventre (moins régulières mais plus violentes) étaient dues à des intolérances alimentaires. Depuis que je m »interdis certains aliments, elles ont purement et simplement disparu.

Si cette femme m’avait prise au sérieux dès le début, j’aurais sans doute un peu plus confiance dans le corps médical. Et j’aurais évité des douleurs aussi inutiles que désagréables. Mais le fait est que ça n’a pas été le cas.

Pour en revenir à mon RDV, j’ai cru que cette femme médecin homéopathe me prendrait pour une folle de prendre rendez-vous sans être malade.

Mais, non. Au contraire. Elle a trouvé ça normal.

« Je salue votre démarche. Les patients devraient faire ça plus régulièrement. Trop souvent, je vois des patients pour la première fois alors qu’ils sont malades et je dois découvrir leur dossier tout en prescrivant le bon traitement et en analysant leurs antécédents, le tout en 20 minutes chrono…  »

Un bon point pour elle.

Maintenant, je croise les doigts pour que cette entrevue se passe bien.

 

Et toi ? Tu as déjà eu des mauvaises expériences avec un médecin ? Tu as un médecin traitant ? Ou tu préfères aller en clinique ? Tu as déjà appelé un médecin juste pour « prendre contact » ? Tu penses que je suis folle ?

Publicités

12 réflexions sur “La ronde change de médecin

    • Euh ? Le problème est que je tombe relativement souvent malade (que des petits trucs hein, m’enfin), et que je n’ai pas de voiture (ni même le permis).

      450 km, c’est quand même vachement loin de chez toi, dis ?

  1. J’ai fait comme toi avec mon nouveau médecin (homéo aussi): prise de contact pour faire connaissance, elle a apprécié la démarche!

  2. Mon problème, c’est que je déménage tous les 3/4 ans, en moyenne, et je change en plus de pays. Donc chaque fois, c’est le parcours d’obstacle pour trouver un dentiste, un médecin traitant, etc. Et en général, quand j’ai trouvé…c’est le moment de repartir…soupir…Donc j’espère que tu auras trouvé ton bonheur, et pour longtemps!

  3. J’ai souvent changé, suis pas très fidèle, mais j’ai un dossier d’allergique ashmatique et un suivi par un gastro, je ne supporte pas – JE NE SUPPORTE VRAIMENT PAS – qu’on me fasse le coup de l’hypocondriaque ! Nan mais.

    • Ecoute, moi non plus, je ne supporte pas ! 😥

      Mais, c’est tellement plus simple de penser ça que d’écouter vraiment son patient !
      (Maintenant, je ne mets pas tous les médecins dans le même panier, en disant ça : comme partout, il y a des bons et des mauvais).

  4. J’ai le même médecin depuis 20 ans et elle est à 60km de chez moi… il faut dire que « je suis un cas pour la science », donc plutôt que tout raconter et re-expliquer que si c’est vrai « je suis allergique aux anti-allergiques » je préfère retourner voir celle qui a soigné mes enfants petits et qui est devenue une amie. Pourtant, à l’automne, il a fallu que je vois un médecin urgentiste à côté de chez moi mais là, c’était plus « banal », calculs biliaires… trop douloureux pour faire la route ! Je suis entièrement d’accord avec ta démarche. Le contact est très important ! A bientôt

    • C’est fou le nombre de médecins qui prennent leur patients pour des clinches et qui ne les croient pas quand ils disent un truc !

      Moi, c’est tout pareil avec ma phobie des piqûres ! J’ai beau le dire, on m’assène toujours, avec assurance, un « j’ai l’habitude des gens qui ont un peu peur, ne vous en faites pas ». « Non, docteur, j’ai pas ‘un peu’ peur, j’ai une phobie ». « Oui, oui ».

      Pour, au final entendre : « Ah, oui, vous avez vraiment une phobie, en fait »… Grrrr !!!

  5. suis jamais malade. j’ai le même médecin traitant depuis que je suis gosse, même s’il est loin de là où j’habite, il est toujours près de là où je travaille (cela dit si je suis malade je ne vais pas bosser donc ça ne sert à rien).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s